L’émoi de l’art brut

Rosemarie KOCZY
Daniel-Simon FAURE
Pascal SAINT-VANNE dit Vladimir
Sébastien RUIZ

Nom et type d'exposition

L’émoi de l’art brut

Rosemarie KOCZY
Daniel-Simon FAURE
Pascal SAINT-VANNE dit Vladimir
Sébastien RUIZ

Date & lieu

Exposition du 10 mai au 23 août

Vernissage le 10 Mai à 18H
Le Trampoline – place de l’Olme
Vic Le Comte (63)

Conférence-débat le 06 Juin à 20H30
L’art brut existe-t-il ?, par Luis Marcel
Halle du Jeu de Paume
Vic Le Comte (63)

OUVERTURE EXCEPTIONNELLE DE 15H A 22H LES 5, 19 ET 26 JUILLET, SOIRS DE CONCERTS DU FESTIVAL LA COMTE AU CLAIR DE LUNE.

Le projet

« Un pas vers la liberté, l’art de tous, l’art pour tous ! »

Luis Marcel

 

ART BRUT

« Des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de toute culture artistique, dans lesquels donc, le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écriture, etc.) de leurs propres fonds et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe. »

« Des productions de toute espèce ― dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. ― présentant un caractère spontané et inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels, et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels. »

« Œuvres ayant pour auteurs des personnes étrangères aux milieux intellectuels, le plus souvent indemnes de toute éducation artistique et chez qui l’invention s’exerce, de ce fait, sans qu’aucune incidence en vienne altérer la spontanéité. »

Jean Dubuffet

D’après le livre de Françoise MONNIN ― « L’Art Brut » ― Éditions Scala/1997

ET NEUVE INVENTION

« La notion d’art brut doit être regardée seulement comme un pôle. Il s’y agit de formes d’art moins tributaires que d’autres des conditionnements culturels… », ainsi fut établi par Jean DUBUFFET le Catalogue de la Collection de l’art brut et qui ne retenait que les travaux vraiment significatifs, « en excluant un grand nombre d’œuvres moins nettement caractérisées, … dues à une centaine d’auteurs différents. »

Le parti était pris de verser ces dernières œuvres, plus éloignées du pôle de l’art brut, dans un fonds distinct, provisoirement intitulé Collection annexe, avec le projet d’en établir un catalogue séparé, afin de prévenir toute confusion. Jean DUBUFFET s’est vivement intéressé à cette production inassimilable par le système, et il s’est mis à acquérir des travaux destinés cette fois délibérément à la Collection annexe – collection qui, dès lors, cessait de servir simplement à la relégation des cas inclassables et qui allait prendre une signification positive. Aussi bien, pour marquer cette valorisation, DUBUFFET a-t-il résolu, en 1982, de donner à cette collection le nom de Neuve Invention, désignant ainsi des œuvres qui, sans procéder de la rupture mentale radicale des auteurs d’art brut proprement dits, étaient assez indépendantes du système des beaux-arts pour créer une sorte de porte-à-faux ou de contestation culturelle et institutionnelle.

La collection Neuve Invention a mis en évidence un malaise généralisé et a ouvert une brèche, si ténue soit-elle, dans le barrage institutionnel.

D’après le livre de Michel THEVOZ « Neuve Invention » – Collection de l’art brut

Cette famille d’expression est résolument festive, conviviale, et fraîche (pas naïve pour autant). Elle est foisonnante et imprévisible. Elle invente son propre langage et sa grammaire plastique. Elle ouvre un nouveau chant de réflexion sur l’art, sa genèse, sa sociologie, son commerce, ses systèmes de légitimation ; Elle stimule, nourrit, pénètre la création plus « savante » et poursuit naturellement l’action subversive et libératoire qu’avait initiée Jean Dubuffet.

Les artistes exposés

Pascal SAINT-VANNE dit Vladimir

Rosemarie KOCZY

Daniel-Simon FAURE

Sébastien RUIZ

Luis MARCEL

Collectionneur d’art brut et commissaire d’exposition « L’émoi de l’art brut »
Photo christian Verdet/DR

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée