dans Esprit DIY, es-tu là ?, revue

Artiste éditeur de fanzines, Antoine Lefebvre instille depuis quelques années un nouveau souffle dans l’univers du livre d’artiste. Adepte du DIY, il explore l’importance de cette philosophie créatrice – popularisée par le mouvement punk – dans le renouveau auto-éditorial de l’art contemporain.

En novembre 2014, Antoine Lefebvre soutient une thèse de doctorat intitulée : « Portrait de l’artiste en éditeur. L’édition comme pratique artistique alternative« . Là,  il s’attache à disséquer l’univers de l’artzine, publication d’artiste souvent auto-éditée, mais il explore surtout le rôle de l’artiste éditeur, c’est-à-dire celui dont la pratique artistique s’exprime via l’édition et dont l’ingrédient artistique est le livre. La démonstration devant passer autant par la théorie -qui le rapproche de l’art conceptuel- que par la pratique, l’observateur académique se fait aussi acteur de ce monde artistico-éditorial. Son corpus de recherche sera La Bibliothèque Fantastique -non pas l’ouvrage de Foucault, mais celle qu’il a lui même constituée entre 2009 et 2013.

La possibilité d’un livre

La Bibliothèque Fantastique est une maison d’édition minimaliste dans le sens où tout le superflu a été retiré. En effet, les livres de La Bibliothèque Fantastique n’ont pas d’existence physique prédéterminée, ils vivent à l’état de potentialité sur la toile : ils sont présents sur la plate-forme issuu (bibliothèque virtuelle), consultables en ligne, imprimables à souhait, en attente de devenir. Ils n’ont pas non plus de prix, vous pouvez vous les procurer sans débourser le moindre centime. Ils n’ont pas d’ISBN, car ce sont des œuvres d’art, pas de couleur n’ont plus, pour que l’on puisse les imprimer sur toutes les imprimantes sans exceptions ; à ce titre chaque ouvrage possède son bouton d’impression DIY : Imprimez-le vous-même ! Le créneau éditorial est large : dessins, photographies, romans, essais, mais ce qui pourrait rassembler ces ouvrages est une idée du contre-pied, affirmé dès la couverture dont le graphisme repose sur le détournement de livres préexistant. En éditant des livres d’autres artistes, l’artiste éditeur crée une œuvre constituée d’œuvres écrites par d’autres, il se place donc à un niveau différent que le primo-créateur (l’écrivain originel), sa vision éditoriale devenant la méta-œuvre. Agissant de la sorte, Antoine Lefebvre réinterroge en apparence le concept de ready-made, tout ouvrage pouvant devenir œuvre d’art par simple volonté de l’artiste éditeur ; en fait, il cherche plutôt à démontrer que l’œuvre d’art éditoriale transparaît non pas dans le simple choix des œuvres constituant La Bibliothèque Fantastique mais dans l’entièreté de la démarche où, selon le principe aristotélicien, le tout est supérieur à la somme des parties. Autrement dit, le discours artistique s’écrit bien via les œuvres éditées mais à un niveau supérieur de lecture. Enfin Antoine Lefebvre s’interroge sur les conséquences de l’adoption de la philosophie do-it yourself par une pratique éditoriale dans l’univers de l’art contemporain, ou comment un ethos largement illégitime puisque associé à la sous-culture punk est-il compatible avec une culture institutionnalisée et dominante.

De l’artzine et au-delà

Ces différentes interrogations sont en partie explorées au long cours sous la forme d’un fanzine, intitulé ARTZINES, disponible en version imprimée (100 ex., photocopiés) ou numérique, dont 9 numéros ont été publiés depuis 2016. Il s’agit d’une extension de son site artzines.info où il invite des fanzineurs et des éditeurs de fanzines d’art à s’exprimer (notamment sous la forme d’interview vidéo) sur la pratique de leur art, plus que sur le contenu du média lui-même. Considérer le fanzine comme un art est certainement le regard neuf qu’apporte Antoine Lefebvre au monde pluriel des fanzines. La particularité formelle de ce fanzine est d’abord un format fermé de 20*25 cm, ce qui le démarque des déclinaisons habituelles autour de la feuille A3 ou A4. Comme tout fanzine, ARTZINES aime à montrer sa manufacture : le titre est ainsi systématiquement apposé manuellement sur la couverture via un autocollant vinyle qui sert à la fois de logotype et d’adresse web. Enfin, en ses pages, ARTZINES peut accueillir des photos couleurs, scotchées ou  collées – ce fut le cas dans le n°1 où une présentation du fanzine Le nouvel esprit du vandalisme se doublait de sa mise en abyme via l’intervention manuelle de Laura Morsch-Kihn, ARTZINES ressemblant alors de manière factuelle  à LNEV. Le bricolage est ainsi variable d’un exemplaire à l’autre au sein d’un même numéro, ce qui pose l’objet sur une frontière ténue entre le média reproductible et l’objet unique. Le jeu n’est pas nouveau, des fanzines punk (Zoop) ou électro (Ozone Friendly) ayant joué jadis sur l’unicité de l’exemplaire à travers des couvertures coloriées ou peintes à la main, sérigraphiée ou réalisées au pochoir, mais alors que l’acte était souvent gratuit ou fortuit dans le fanzinat musical, il s’inscrit ici clairement dans un jeu esthétique. Sur le plan éditorial, ARTZINES s’intéresse aussi bien aux fanzines historiques comme Destroy All Monsters, Elles sont de sortie, Teen Angel’s, qu’aux projets actuels. Ce qui frappe dans cette juxtaposition synchrone des acteurs est l’absence de vieillissement du modèle esthétique, ou plutôt sa conservation comme si le fanzine, objet-média highlander, faisait fi du temps qui passe.

Le chantier lancé par Antoine Lefebvre, qui collabore de plus en plus avec Laura Morsch-Kihn, est très stimulant et le monde foisonnant du fanzinat sera à (re)découvrir de nouveau à Marseille pour la deuxième édition du salon Rebel Rebel accueilli par le FRAC PACA les 14 et 15 octobre 2017.

ANTOINE LEFEBVRE – L’INTERVIEW TRIPLE VRILLE

Par Seitoung

1 – De quelle manière t’es-tu intéressé à l’univers du fanzine DIY ?

Pour ma thèse sur « l’édition comme pratique artistique alternative », j’avais proposé de créer une maison d’édition comme œuvre d’art. N’ayant aucun budget pour payer un imprimeur, j’ai dû trouver une solution créative pour produire des livres d’artistes, sans pour autant avoir à les imprimer. J’ai créé La Bibliothèque Fantastique en 2009, à travers un site internet sur lequel les visiteurs peuvent télécharger les PDFs des livres afin de les imprimer eux-mêmes. Ce n’est qu’après avoir créé ce projet, que j’ai réalisé que cette forme d’art dématérialisé adoptait le même fonctionnement que les sites anarchistes de type infokiosque qui proposent des brochures gratuites à fabriquer soi-même. Mon intérêt pour le fanzine DIY est parti de là, et s’est nourri depuis à travers mes recherches et les nombreuses rencontres et échanges aux cours de salons d’éditions et de fanzines.

2 – Tu participes à de nombreux salons autour du livre et du fanzine d’artiste, identifies-tu des spécificités nationales dans l’objet lui-même ?

Oui, Bien sûr. Depuis que j’ai fini ma thèse, j’ai entamé le projet ARTZINES à travers lequel je documente et théorise la pratique d’artistes qui publient des fanzines. Dans chacun des lieux que je visite, le plus souvent en raison d’une foire d’édition, j’essaie de rencontrer à la fois les artistes qui sont actifs aujourd’hui, ainsi que ceux, plus historiques, qui les ont influencés. Je cherche à la fois ce qui est commun à tous les artistes qui font des fanzines, comme la liberté et l’indépendance que propose un mode de production DIY, et ce qui est spécifique à chaque scène nationale: en France, les fanzines d’illustrations et de BD sont très présents, comme les graphzines que l’on trouve également un peu en Espagne. Aux États-Unis, il y a une grande tradition de perzines (pour personal zines) dans lesquels l’auteur partage certains aspects de sa vie quotidienne, à la manière d’un journal intime public, à l’instar de Dishwasher Pete, perzine célèbre qui raconte le quotidien d’un plongeur dans la restauration. Ce ton très particulier des fanzines anglo-saxon m’a inspiré pour écrire les ARTZINES à la première personne.

3 – Comment expliques-tu le regain d’intérêt pour le fanzine d’artiste, notamment dans l’art contemporain ?

Dans le projet ARTZINES, il s’agit à la fois de replacer les fanzines d’artistes dans une perspective historique comme la jonction de deux phénomènes connus: le fanzine et le livre d’artiste. Pour ce faire, je m’intéresse aux artistes qui produisent des fanzines depuis 1977 à nos jours, avec une attention particulière pour mes contemporains. En effet, depuis 2005, l’édition d’art connait une renaissance, et depuis un douzaine d’années, on voit un nombre exponentiel de salons de livres d’artistes apparaître dans le monde entier. Les fanzines d’artistes et auto-éditions représentent à chaque fois une bonne partie de ces évènements qui sont très courus. Pour moi, il s’agit d’une réaction à la place sans cesse croissante que prend le numérique dans nos vies. Dans ces foires, il s’agit de se rencontrer, de dialoguer et d’échanger, bref de faire tout ce que les réseaux sociaux nous proposent sans jamais y parvenir.

(debout) Antoine Lefebvre lors du séminaire « Show & Tell #1 » du laboratoire EDITH (ESADHaR), Rouen, décembre 2016. (photo : Seitoung)

DIY Printing – Imprimez-le vous-même!

Barnard Zine Library – New York

Filip Noterdaeme – Catalogue raisonné

Côme Mosta-Heirt – Ulysse

 

Artzines, numéro 6, réalisé le 20 décembre 2016, 100 ex.

Numéro 9, Mai 2017, 100 exemplaires

Pour plus d’informations :

http://www.labibliothequefantastique.net/

http://www.artzines.info

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée