dans Feed

Anita Molinero présente jusqu’au 24 septembre 2017 deux installations majeures au Musée de l’Abbaye Saint-Croix des Sables d’Olonne.

L’artiste plasticienne a fait des matériaux ordinaires (carton, plastique, polystyrène) le cœur de son oeuvre, recyclant les rebuts et déchets et leur donnant une seconde vie à forte charge symbolique. Par la destruction, la brûlure, la liquéfaction, Anita Molinero (re)conditionne des objets, déformés, difformés, et finalement reformés. « Des ongles noirs sous le vernis » est constituée de deux installations. La première est à découvrir dans la cour intérieure de l’Abbaye, elle rassemble 5 œuvres monumentales, majoritairement en plastique, que l’artiste marseillaise a recomposé à l’aide d’un chalumeau. Le plastique singe les monstruosités organiques de H. R. Giger, il adopte des postures anthropomorphes, tel Extrusoït, dont la forme d’ensemble peut évoquer un homme à terre mais dont les parties évoquent un cœur, des artères, des fibres musculaires. Le Filet a attrapé des couvercles de conteneurs qui tentent de passer à travers les mailles en se liquéfiant ; ce faisant ils deviennent herbes folles qui génère un gazon synthétique. La lecture multi-scalaire que l’on peut faire des œuvres est très enthousiasmante, mais leur portée symbolique est profonde en ces temps où l’impératif écologique cède encore le pas à l’industrialisation galopante et à la surproduction de déchets à durée de vie pluri-centennale.

La seconde est une installation de panneaux de polystyrène extrudé bleu, lui-même retravaillé à la chaleur de la flamme. L’ambiance induite par la juxtaposition des plaques en position verticale est profondément tellurique : dans le détail, l’érosion par le feu des panneaux produit des assemblages en camaïeu de bleu – dont la profondeur chromatique résonne avec les collages d’Olga Skorokhod – qui rappellent des géodes d’agate ou de quartz bleu. En vue d’ensemble, c’est à une banquise tourmentée que l’on pense : polynies fractionnant la masse de glace, défonçage thermokarstique du pack glacé, fusion accélérée des icebergs. Le matériau utilisé quant à lui, par sa légèreté intrinsèque, convoque l’atmosphère. Terre, glace, atmosphère, feu, c’est encore à Gaïa que l’on revient. L’espace d’installation, les combles du XVIIe siècle de l’Abbaye, pose le lieu en tension : entre ces plaques verticales qui portent les stigmates d’un feu récent et l’enchevêtrement de poutres et solives centenaires en bois, on ressent une fragilité sous-jacente. Les flammes ne peuvent-elles pas resurgir et embraser le tout ? 

Anita Molinero – Du vernis noir sous les ongles, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, Les Sables d’Olonne

Anita Molinero – Extrusoït 2006-2017

Anita Molinero – Sans titre 2009

Anita Molinero – Sans titre 2007-2017

Anita Molinero – Sans titre 2007-2017

Anita Molinero – Sans titre 2007-2017

 

Plus d’informations : 

Exposition au MASC.

Page de l’artiste sur le site de la Galerie Thomas Bernard

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée