dans Feed

Fondée en 2016 comme support d’expression, la maison d’édition 1991 est principalement centrée autour de la photocopie et de l’impression DIY.

Visant a créer des publications à tirage limité, Etienne Vergier et Matteo Verzini s’appuient sur leur entourage de façon directe et immédiate, convoquant ainsi des photographes , des designers de mode vestimentaire, des vidéastes, etc. Pour le lancement de ses 10 premières publications, 1991 a installé l’exposition ‘Friends can’t trust you’ dans la Galerie &co119. Une série de tirages limités rassemblant les artistes ayant participé au projet fut également présentée.

Chaque fascicule est une proposition thématique ou conceptuelle de l’auteur : ainsi Etienne Vergier relate sur 44 pages 72 heures d’errance dans le quartier Monastiraki à Athènes à la recherche des paysages de graffiti ; Matteo Verzini propose un travail intéressant sur des images extraites de films porno vintage qu’il fait ressortir comme des textures de spray-art ; Cédric Viollet exhume une collection de planches-contact dans l’univers du skate d’il y a 10 ans, Estelle Rancurel s’attardant également sur des skateurs californiens. Autres contributeurs : Théo Casazza, le duo Écoute Chérie, Irwin Barbé, Louise Ernandez, Ryan Ben Yaïche, et Jan Melka.

De cette collection de 10 fanzines lancés simultanément ressort un sentiment fort de nostalgie, de temps suspendu, lié probablement à la texture surannée de la photocopie xerox.

1991 – L’INTERVIEW TRIPLE VRILLE

Par Seitoung

 

Avant de lancer 1991, aviez-vous déjà eu d’autres expériences « fanzinesques »?

Matteo Verzini : Etienne Vergier et moi-même sommes tous les deux collectionneurs de livres avant d’être passionnés d’édition, c’est venu naturellement avec le temps. Le projet a commencé par nos deux zines respectifs, et progressivement nous avons collaboré avec notre entourage proche, amateur et professionnel.

 

Pourquoi le choix de la photocopie N&B ?

MV : Le noir et blanc et la photocopie sont avant tout un moyen peu coûteux d’imprimer, mais c’est aussi une esthétique qu’on apprécie particulièrement par rapport à nos références musicales, la culture skate, punk et DIY, sans forcément le revendiquer.

 

En quoi cela définit-il la ligne éditoriale ?

MV : Dans le cadre de notre projet, cette technique a permis d’uniformiser le travail des 10 artistes et créer une esthétique générale. Certains photographes avaient des photos numériques assez techniques et en couleur, d’autres du noir et blanc argentique ou même des captures d’écran.

 

 

Louise Ernandez,Abeyance

Ecoute Chérie, Partie

Irwin Barbé, Last night I dreamed I was floating in a river made of

Estelle Rancurel, Claylines

Ryan Ben Yaïche, Mom, Dad… I ain’t home

Cédric Viollet, Disjunction

Matteo Verzini, Mouchoir

Etienne Vergier, Speakeasy

Théo Casazza, 84/75

Jan Melka, Do With It What You Will

Plus d’informations : 

La page facebook de 1991.

Le shop de 1991

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée