dans Feed

Depuis 2014, c’est dans le silence de son atelier que Vincent Huot compose une nouvelle vie, après une carrière de plus de 20 années, d’abord comme régisseur dans le cinéma Parisien, puis comme galeriste Bruxellois.

En 2017, il nous montre le résultat de cette libération de formes minimales et d’équilibre colorimétrique à l’occasion de ses premières expositions, notamment au Grand Marché d’Art Contemporain de Paris Bastille à partir du 27 Avril 2017.

Ses toiles nous replongent dans l’expressionnisme abstrait de mouvements comme le Colorfield PaintingEllsworth Kelly, Mark Rothko ou Carmen Herrera ) ou ses échos en Europe souvent présentés autour du salon Réalités Nouvelles, incarné par les emblématiques  Herbin, Sophie Thauber-Arp, Delauney et consoeurs.  

Dans la peinture de Huot, la couleur devient sujet, le blanc devient silence, la forme devient fonction.  C’est un savant dosage où l’énergie des couleurs saturées jouxte des aplats plus sereins, où les grilles engendrent le mouvement, où la gravité du plan semble défiée.

On évolue ainsi dans un espace d’harmonies et de transparences, qui dégage une douce chaleur et dont l’équilibre produit des ellipses narratives,  issues de cette abstraction minimale délimitée par un cadre qui aurait filtré le chaos extérieur.

 

Transparence – Composition Abstraite V

 

Vincent Huot par Bernard Chubilleau

 

Rêve de douceur

 

Nouvelle collection – Composition abstraite

 

Plus d’informations : 

Au Gmac Paris Bastille du 27 Avril au 1er Mai 2017

Site de Vincent Huot

 

A lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée