dans Feed

Si vous êtes de passage à La Haye avant fin avril, arrêtez-vous un instant au Museon pour admirer le travail photographique d’Angelica Dass, portraitiste de l’Humanité.

Depuis 2012, la photographe brésilienne Angélica Dass constitue, à travers la planète, une série de portraits intitulée Humanae. Par ses clichés, elle rassemble des centaines d’anonymes, sans distinction d’âge, de genre, de religion, de nationalité, ou de classe sociale. On pense immédiatement au projet Human de Yann Arthus-Bertrand, mais il y a chez Dass un concept fort qui va au-delà du simple recueil de témoignages. Usant des normes de la photographie anthropologique et du portrait légal, ses photographies étonnent tout d’abord par la permanence du cadrage en buste et d’un éclairage uniforme. Ensuite, la résonance colorimétrique entre l’arrière-plan et la teinte de la peau du sujet interpelle. En fait, il s’agit du cœur de la démarche artistique : ajouter en arrière-plan un fond monochrome dont la couleur est déterminée par la correspondance colorimétrique PANTONE® d’un fragment (11*11 pixels) de peau du visage. Procédant ainsi, elle rend hommage à la diversité ethnique de l’humanité qui s’inscrit dans une palette à presque 7 milliards de nuances.

Et si, au fond, nous n’étions tous que des numéros ?

Plus d’informations :

Site officiel d’Angelica Dass

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée