dans Feed

Timothy Archer est né en 1982, l’année même de la publication de la Transmigration de Timothy Archer par Philip K Dick… simple hasard ?

Entre néo-expressionnisme et primitivisme, ce peintre-sculpteur déploie ses rêveries et cauchemars surréalistes au fusain, à l’encre et à la mine de plomb dans un festival de couleurs éclatantes. Parmi ses influences notables, on pense à la figuration libre de Robert Combas et aux enfantillages d’André Butzer. Il est représenté par la Galerie Polad Ardouin et expose en ce moment à la Galerie Claire Corcia (Paris, 3e) jusqu’au 18 mars.

 

Galerie Claire Corcia
Joute verbale, 2014, Technique mixte sur papier, 131 x 130 cm, courtesy Galerie Claire Corcia

Sans titre, 2014, Technique mixte sur papier, 30 x 21 cm, courtesy Galerie Claire Corcia

The love I lost Sorry I lost it, 350 x 110 cm, courtesy Galerie Claire Corcia
Conversations barbelées, 150 x 130 cm – Huile et pastel sur papier, courtesy Galerie Claire Corcia
Touche au cœur, 2013, (c) Galerie Polad Hardouin

 Transubstantiation, 2013, (c) Galerie Polad Hardouin

 

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée