dans Fanzine

 

Mais il est fou ! Oh ! Oui !, Beni B.

Fou d’auto-publication à l’imprimante laser, fou de fanzines à petits tirages (10 à 80 exemplaires) qu’il sème comme des petits cailloux blancs sur son chemin d’artiste brut et excentrique. Beni Bischof est connu pour ses collages très en Vogue de doigts transperçant (Meta-Fingers) ou de bratwurst mal placée (Sausage Power !) qui ont fait de lui un apprenti redouté de l’attentat saucissier sur papier glacé, un Georges Le Gloupier de l’art naïf. Mais Beni Bischof possède aussi cet amour de la chose imprimée qui ne circule que peu, dévoilant un peu de l’intime mais pas trop. Avec L∙A∙S∙E∙R∙M∙A∙G∙A∙Z∙I∙N, il regroupe des collages, des dessins, des aquarelles, des photographies détournées ou recyclées dans un esprit DADA clairement assumé, mais avec pour première ambition de s’amuser et d’amuser le lecteur. Une cinquantaine de numéros ont déjà été publiés, certains coloriés à la main à l’instar du fanzine Vieux de Jean Recoura, d’autres constitués de portraits monochromes et sombres à l’image des portraits caricaturaux de Raymond Pettibon, ou encore de fulgurances néo-expressionnistes à la Julian Schnabel. L’hétérogénéité graphique et plastique des différents numéros conduit à la production d’une œuvre hétéroclite et hétérodoxe, riche de surprises, foisonnante de sujets, dépeignant le monde d’aujourd’hui sous des atours burlesques.

Beni Bischof – l’interview Triple Vrille

Par Seitoung

 

Beni, quand avez-vous commencé à éditer des fanzines ?

C’était en 2005, j’ai publié quelques fanzines sans titre avant de lancer LASERMAGAZINE.

 

Pourquoi privilégier ce medium en particulier ?

Il est facile d’utilisation, pas cher, sympa et idéal pour les expérimentations.
En plus, çà permet de rassembler un corpus d’œuvres tout en explorant l’esthétique particulière de la photocopie. J’adore les défauts que crée la photocopie.

 

Est-ce que sans cette expérience LASERMAGAZIN votre travail aurait évolué différemment ?

Non, pas différemment. Mais c’est un bon complément à mes autres travaux. J’ai appris le design graphique – dans les règles de l’art -, fabriquer un zine (la mise en page, etc.) en est une sorte de reliquat.
Il y a différents compartiments dans mon travail, mais ils sont tous interconnectés. Et LASERMAGAZIN en est une part importante.

 

 

 

Source des photos : LASERMAGAZIN BENI BISCHOF

 

à lire également

Tapez votre recherche et appuyez sur Entrée